la sexualité des cons

Le con est un être particulier qui travaille généralement dans le secteur tertiaire. Il est assez grand, il ne boit pas, il ne fume pas, il sent bon et semble avoir une très forte confiance en lui. Il observe beaucoup son entourage et fait partie des agents neutres, très conformistes, il est un « étalant ».

Seulement c’est être particulier vivant dans les milieux périurbains de la moyenne bourgeoisie doit, lui aussi, se reproduire. C’est pour cela qu’il trouve une femme pour se reproduire, lui faire l’amour et garder l’honneur de ne pas avoir confondu une bonne lignée de connards dans un célibat mortifère.

Seulement, le con doit se plier aux exigences de l’amour et de la reproduction : il doit baiser. Beaucoup plus à l’aise dans son exercice d’employé bancaire, le voilà confronté à un exercice qui le répugne au plus profond de lui. Il va devoir s’adapter.

Les trois positions sexuelles les plus visitées par le con

Le missionnaire, la base du con

Le con n’est généralement pas très imaginatif et cherche juste à faire au plus simple pour ne pas attirer sur lui les regards qui pourraient rapidement repérer sa connerie (un con sous surveillance est un con mort). Pour passer sous les radars des agents anti-conneries, il se doit d’être le plus traditionaliste possible. C’est pour cela qu’il utilise le missionnaire qui semble être une pratique acceptée et logique, sans aucune imagination mais ne s’exposant pas aux railleries de l’urophilie.

La petite cuillère, la logique du con entre en oeuvre

Cependant, le con a tout de même la présence d’esprit qu’il s’expose à la même sanction sociale s’il adopte de manière chronique la même position sexuelle. Ainsi, il se décide parfois à faire l’amour allonger en 99, dans la position de la petite cuillère. Une innovation selon lui.

La levrette, le chemin de croix du con

Le con étant quelqu’un qui observe sans cesse le groupe pour adopter la posture la plus respectable d’après lui, il voit bien que le mot levrette revient sans cesse. Il a donc été voir les rudiments de cette position sur le net mais cela l’angoisse un peu de devoir être sur les genoux. Il le fait malgré tout, par devoir. Il faut dire que le con est souvent avec une conne qui a les mêmes missions à remplir et qui ne veut pas être complètement larguée et ne pas passer pour une conne qui s’assume à son prochain cours de yoga. La sexualité du con, un vrai casse-tête…

Sexe et poker

Las Vegas, finale des WSOP, lorsque vous vous retrouvez sur la table finale, vous croisez les regards de plus en plus insistant des spectatrices présentes ce soir. Il vous vient alors certaines pensées, les accointances entre sexe et poker.

Une métaphore entre la sexualité et un coup de poker

Au départ, au Texas Holdem, on reçoit deux cartes, c’est un tantinet votre identité pour le coup qui va venir. Avec deux et sept, vous êtes mal « servi », comme quand on a un physique ingrat, le millimètre de trop sur le lobe l’oreille. A l’inverse, avec la paire d’as, vous êtes un étalon, un guérillero prêt à sabrer tout ce qui bouge, à embrasser la vie et les femmes avec un physique de rêve.

Ensuite vient le flop, c’est un peu la situation, le contexte, l’environnement. C’est le moment où l’on scrute les regards complices, les yeux de biche, les possibilités, les opportunités. C’est à ce moment qu’on décide, selon l’attrait pour la femme (que l’on peut comparer au « pot »), la manière de procéder. On peut passer si elle n’est pas à votre goût ou bien agresser les autres prétendants. Plusieurs techniques peuvent être mise en place, si vous mettez tapis cela signifie que vous voulez vous battre pour elle, jusqu’à la mort. On peut aussi faire une sur-relance, la surenchère, répondre par un « middle-kick » au soufflet. La femme est alors sous le charme, rien de plus séduisant qu’un homme qui répond à l’intimidation par l’intimidation. La guerre froide ! La doctrine Reagan ! Le risque ? Le combat à mort ! La menace atomique ! La gloire et ses accompagnements ou la mort et son néant.

La soirée continue, vous êtes à trois sur la dulcinée, son charme gonfle (le pot aussi). Vu que vous êtes plusieurs courtisans, on se dit qu’on est sur un beau coup. Le favori se dégage mais rien n’est joué, tout le monde veut jour son coup sur la « turn ». L’un des trois abandonne, il n’est pas en mesure, selon lui, de gagner son cœur. Il remarque surtout que ses adversaires semblent très bien armés et informés.

femme escort au poker
Une relance ?

Les deux finalistes se finissent sur la river, la dernière danse, parfois assassine, souvent décisive, même si c’est peut-être déjà joué. Ensuite viennent les dernières mises, les ultimes tentatives d’intimidation qui peuvent, là encore, se finir en bagarre sentimentale. La belle a son gagnant, parfois le plus agressif, rarement le plus peureux, souvent le plus calculateur. La seule différence c’est que le poker nécessite de la patience, le sexe non.

Une même morale

Le joueur ramasse le pot, le dragueur glane les femmes. C’est souvent les mêmes qui gagnent dans les deux disciplines mais, grâce à la chance ou à l’inexpliqué, on a toujours notre chance, reste à ne pas la laisser filer. Rassurez-vous, pas de déprime ! De toute façon, aux deux vous perdrez de l’argent.

Priapisme et clitorisme

Il existe des organes génitaux qui ne remplissent pas fidèlement leurs rôles d’origine. Qu’ils soient trop petits, impuissants ou inféconds, voilà des situations pénibles et dérangeantes qu’il n’est pas rare de rencontrer dans la sexualité humaine. Le priapisme et le clitorisme rentrent dans ces critères.

Le Priapisme, le défaut de ses qualités

Une maladie flatteuse

Pourtant, il existe une pathologie ayant des symptômes plutôt flatteurs concernant le pénis comme le priapisme. En effet, il provoque l’excitation chez les femmes ainsi que chez les hommes qu’ils soient hétérosexuels, bisexuels ou homosexuels. La puissance est éternel et son admiration universelle. En fait, le priapisme est une situation où le pénis reste anormalement et durablement en érection. La limite fixée pour diagnostiquer cette pathologie génitale est de quatre heures, mais cela peut durer plusieurs jours voire plusieurs semaines. Mieux vaut prévoir de coucher avec une call-girl acceptant les MSOG (multiple shoots on goal).

Une érection permanente devenu un mythe

Le priapisme est un terme issu du dieu Priape, qui est tout simplement le symbole de virilité sexuelle et de fécondité dans la mythologie grecque. Il est vrai qu’un pénis en érection permanente fait fantasmer toute femme libertine de par sa fonction remplisseuse et rassurante. Les escortes qui disent que la puissance ne compte pas sont des femmes bienveillantes qui respectent le contrat social, rien de plus.

érection en public
le priapisme fait fantasmer

Un attribut sexuel qui amuse…

De nombreuses femmes rêvent de vivre avec un homme qui contracte le priapisme. Considéré comme un atout majeur, le pénis peut a contrario créer des blocages psychologiques s’il ne convient pas à l’homme qui le possède. On ne met pas une voiture de Formule 1 dans les mains d’un photographe de nues.

…et qui est jalousé.

De nombreuses thérapies sont apparues ces dernières années pour accroître la taille du sexe masculin en érection ou pour augmenter le volume de sperme éjaculé. En effet, il est de bon ton dans le milieu libertin de posséder un sexe en pleine forme afin de faciliter les pénétrations, qu’elles soient vaginales, buccales ou anales. Pour illustrer davantage ce propos, seulement 5% des femmes estiment que le pénis de leurs maris est trop endurant. C’est pour cela que de nouvelles méthodes apparaissent dans le monde de l’urologie comme l’injection de silicone dans le scrotum ou le fait de tronquer l’élément suspenseur de la verge. Des méthodes plus naturelles existent comme l’utilisation d’extenseur ou de pompes d’agrandissement ressemblant à des masturbateurs. Le principe est d’isoler le pénis de la pression de l’air environnante puis de bloquer la circulation du sang. Enfin, certaines précautions diététiques peuvent avoir des effets sur la taille du sexe et sur sa puissance dans le temps, comme la consommation régulière de bananes. Cependant, il semblerait qu’une courte thérapie en compagnie d’une accompagnatrice de charme de luxe devrait suffire à retrouver la vigueur nécessaire à toutes relations charnelles.

Le clitorisme, la tumescence de la femme.

Une érection au féminin

Il existe également le clitorisme, c’est-à-dire une tumescence permanente du clitoris chez la femme, l’organe le plus stimulé chez l’être humain pendant un rapport sexuel. Il peut être associé à une masculinisation ainsi qu’à une augmentation de la libido. Il n’est d’ailleurs pas rare de rencontrer des femmes atteintes par le syndrome d’excitation génitale persistante, elle nécessite ainsi d’être escortées par de nombreux orgasmes. En effet, les spasmes orgasmiques doivent se succéder pendant des heures sous l’effet de la stimulation d’un vibromasseur, d’un godemichet ou d’une main coquine. Une escorte soumise et nymphomane devrait donc moins souffrir du clitorisme qu’une demoiselle prude. Il faut battre le fer tant qu’il est chaud…

Les avantages inattendus du clitorisme

Cependant, le clitorisme peut permettre de faciliter la pose d’un piercing coquin. Il apparaît également que les piercings génitaux féminins provoquent une augmentation du plaisir durant le rapport sexuel et une facilité à atteindre le nirvana. Une jeune fille témoignant récemment de cette révolution libertine en elle rencontre le buzz sur internet. Elle prétend ressentir davantage de sensations de jouissance sexuelle au sein de son couple échangiste depuis la pose d’un piercing à fonction aphrodisiaque. Le clitorisme trouve donc, bien que douloureux, certaines parades permettant de le soulager.

Le sexe au travail

Nous parlons beaucoup du sexe au travail car il y a une dimension excitante dans ce sujet. Généralement, elle est associée à la rencontre entre deux personnes ayant des atomes crochus. il y a peu de temps, un conseiller municipal suédois à même proposer des pauses sexe.

L’expression « avoir des atomes crochus » vient de la physique et de la compréhension de la matière. Les grecs, qui ne sont pas tous homosexuels, sont les premiers à avoir essayé de comprendre l’infiniment petit. Si je coupe une pomme, que se passe-t-il ? Il y a une demi-pomme. Puis, en renouvelant l’expérience, un quart de pomme… Jusqu’au moment où l’on ne peut plus sectionner. C’est la monade, la particule élémentaire. Mais durant ce processus empirique, nous avons pensé l’hypothèse de petites structures (les atomes) qui se connecteraient entre eux par des petits crochets permettant à la matière d’être uniforme. Nous nous sommes alors dit que cela pouvait expliquer certains échanges chimiques positifs entre deux personnes. Voilà pour la petite minute culturelle avant d’entamer la partie libertine.
Le sexe au travail

Ainsi, le travail correspond donc un lieu de rencontre mais aussi de liaisons illégitimes (jetez un oeil sur cet article : L’amour au travail, exercice de haute voltige). Le cocufiage au boulot est une pratique très répandue qui met énormément de sel à une vie sentimentale qui tourne au ralenti après onze années de vie commune. Que ceux qui n’ont jamais péché leur jettent la première pierre !

Bien sûr, il y a plusieurs fantasmes qui s’y associent:

  • Le déjeuner au self et les malveillantes pauses du midi
  • La photocopieuse et son côté animal dans la fibre du « je te prends où tu es
  • Le bureau, lieu de négociation des salaires. Car même si nous parlons de « promotion canapé« , il y a davantage de dessous de bureau que de divan sur les lieux de travail.
  • Nous avons également le fameux « cinq à sept » où les heures supplémentaires se multiplient…
  • Dans le campanile d’en face ? « Pas ce soir chéri, j’ai eu une journée exténuante ! ».

Évidemment, certains pervers ont réalisé les opportunités à saisir dans cet environnement. Pas étonnant que les bureaux soient également des zones de harcèlements tout à fait réputées. Pour cela, il y aussi les bus et autres transports en commun bondés. Nous avons toujours l’image du jeune retraité qui pousse derrière pour mettre une main complètement pleine sur le fessier de la danseuse étoile qui regarde le sol en pleurant et en attendant impatiemment son arrêt à la station de la place de l’Étoile. « Il ne faut pas pleurer madame, ce n’est que de l’amour ! » peut-il encore souligner..

Le travail, c’est aussi le moyen de manifester ses ambitions, son tempérament, sa personnalité. Une situation ? La stagiaire blonde qui vous regarde avec ses yeux de biche pendant que vous alignez sévèrement le mec de l’entretien qui a passé la matinée à changer une ampoule. Vous vous sentez bien à ce moment-là ? Avec le petit sourire à la stagiaire dans la minute qui suit.. Le vrai problème, c’est que l’agent de maintenance n’a pas seulement changé une ampoule dans la matinée…

Enfin, pour d’autres, le bureau est un lieu tout à fait propice au sexe et à l’onanisme. Vous avez fini les dossiers sur la constitution d’un appel d’offre ? Facile ! Vous êtes le meilleur alors faites-vous plaisir, surtout que Brigitte a laissé ses mouchoirs dans la poubelle. Repos !

La sexualité sort dans les rues de France

Quand on voit les femmes avec la burqa, on apprécie tout particulièrement les yeux parfaitement dessinés de ces déesses d’orient, véritables beautés masquées mises en sommeil par la religion, par la négation.

Quelle saoudienne n’a pas sa palette de fards à paupières, ses faux cils et tous ses petits gadgets oculaires permettant de provoquer le désir chez l’homme ?
En effet, la sexualité sort dans les rues de France et les conservateurs s’indignent de voir tel ou tel string dégouliné du taille basse actuellement en vogue en Occident. Pourtant toutes les populations féminines du monde se montrent extrêmement soignées sur la voie publique et chacune y va de son numéro pour démanger nos testostérones.

La japonaise fait la petite ingénue en se martelant les pieds dans des ballerines de taille trente-cinq pour être mieux « dessinée », pratique extrêmement répandue au pays du soleil levant. Il en est de même pour les femmes asiatiques en générale.

L’indienne se pare de bijoux et de longues robes incroyablement sensuelles pour finir par se faire accoster par un homme d’une caste recommandable, le tilak sur le front pouvant être perçu comme le viseur..

Autre exemple, la mongole cherche quant à elle simplement à se colorer avec des tuniques un peu kitsch dans un pays de deux millions de kilomètres carrés composé principalement d’un paysage lunaire et de rivières et où il faut donc faire preuve d’ingéniosité pour sortir du lot.

Pour l’africaine, c’est un peu plus compliqué. Elle est subjectivement magnifique mais les hommes souhaitent des « corpulentes », ce qui biaise significativement l’effort de parure qu’elle cherche parfois à fournir. Aussi, la sud-américaine n’hésite pas à inciser dans le vif et représente un véritable laboratoire mondial de la chirurgie esthétique en rehaussant beauté de toutes sortes et de tous genres.

Enfin, l’Occident se sert dans toutes ces cultures.. Les femmes synthétisent en étant amenées à faire dans le gothique, le hippie, le nippon, l’asiatique…
Mais personne n’ose le tchador !
Pourtant Dieu sait ce que valent ces jolies femmes sous leurs voiles obscurs. L’Arabie saoudite est en peloton de tête en matière de vente de sous-vêtements. Riyad est sur le point de devenir un sex-shop à ciel ouvert où les femmes n’ont pas le droit de conduire, il y a pire comme dictature ! Rendez-vous compte, la femme occidentale galère toute la journée à se montrer jeune, belle et dynamique aux yeux de la société où elle joue sa place de séductrice chaque jour alors que la saoudienne est tranquillement dans l’intimité de son niqab, fait les courses avec son chauffeur et se spécialise dans le voyeurisme. Par contre le soir, ça danse ! Bien sûr la « petite » occidentale, conseillère dans un grand groupe de télécommunication, rentre du boulot éreintée et enfile son pyjama Titeuf histoire de décompresser devant Hanouna avec une bonne régression, bien sévère et bien stérilisante. En orient, la femme voilée se prépare, retire son habit social et s’offre à son mari dans ses plus beaux appareils, analphabète milliardaire reconverti dans le pétrole.
En Occident, il n’y a presque plus que des gouines et des « gâtées »..
Quelques niqabs dépayseraient peut-être un peu finalement ! D’ailleurs, nous voyons la mode musulmane apparaitre de plus en plus.
A méditer par tout un chacun à vrai dire…
La sexualité sort dans les rues de France