Le sexe au travail

sexe au boulot

Nous parlons beaucoup du sexe au travail car il y a une dimension excitante dans ce sujet. Généralement, elle est associée à la rencontre entre deux personnes ayant des atomes crochus. il y a peu de temps, un conseiller municipal suédois à même proposer des pauses sexe.

L’expression « avoir des atomes crochus » vient de la physique et de la compréhension de la matière. Les grecs, qui ne sont pas tous homosexuels, sont les premiers à avoir essayé de comprendre l’infiniment petit. Si je coupe une pomme, que se passe-t-il ? Il y a une demi-pomme. Puis, en renouvelant l’expérience, un quart de pomme… Jusqu’au moment où l’on ne peut plus sectionner. C’est la monade, la particule élémentaire. Mais durant ce processus empirique, nous avons pensé l’hypothèse de petites structures (les atomes) qui se connecteraient entre eux par des petits crochets permettant à la matière d’être uniforme. Nous nous sommes alors dit que cela pouvait expliquer certains échanges chimiques positifs entre deux personnes. Voilà pour la petite minute culturelle avant d’entamer la partie libertine.
Le sexe au travail

Ainsi, le travail correspond donc un lieu de rencontre mais aussi de liaisons illégitimes (jetez un oeil sur cet article : L’amour au travail, exercice de haute voltige). Le cocufiage au boulot est une pratique très répandue qui met énormément de sel à une vie sentimentale qui tourne au ralenti après onze années de vie commune. Que ceux qui n’ont jamais péché leur jettent la première pierre !

Bien sûr, il y a plusieurs fantasmes qui s’y associent:

  • Le déjeuner au self et les malveillantes pauses du midi
  • La photocopieuse et son côté animal dans la fibre du « je te prends où tu es
  • Le bureau, lieu de négociation des salaires. Car même si nous parlons de « promotion canapé« , il y a davantage de dessous de bureau que de divan sur les lieux de travail.
  • Nous avons également le fameux « cinq à sept » où les heures supplémentaires se multiplient…
  • Dans le campanile d’en face ? « Pas ce soir chéri, j’ai eu une journée exténuante ! ».

Évidemment, certains pervers ont réalisé les opportunités à saisir dans cet environnement. Pas étonnant que les bureaux soient également des zones de harcèlements tout à fait réputées. Pour cela, il y aussi les bus et autres transports en commun bondés. Nous avons toujours l’image du jeune retraité qui pousse derrière pour mettre une main complètement pleine sur le fessier de la danseuse étoile qui regarde le sol en pleurant et en attendant impatiemment son arrêt à la station de la place de l’Étoile. « Il ne faut pas pleurer madame, ce n’est que de l’amour ! » peut-il encore souligner..

Le travail, c’est aussi le moyen de manifester ses ambitions, son tempérament, sa personnalité. Une situation ? La stagiaire blonde qui vous regarde avec ses yeux de biche pendant que vous alignez sévèrement le mec de l’entretien qui a passé la matinée à changer une ampoule. Vous vous sentez bien à ce moment-là ? Avec le petit sourire à la stagiaire dans la minute qui suit.. Le vrai problème, c’est que l’agent de maintenance n’a pas seulement changé une ampoule dans la matinée…

Enfin, pour d’autres, le bureau est un lieu tout à fait propice au sexe et à l’onanisme. Vous avez fini les dossiers sur la constitution d’un appel d’offre ? Facile ! Vous êtes le meilleur alors faites-vous plaisir, surtout que Brigitte a laissé ses mouchoirs dans la poubelle. Repos !